Alternativtext
Alternativtext

Chandraghona

Début du projet: 2019 |

Les apparences: 8

Chandraghona

Le projet de Chandraghona en bref

La mission à Chandraghona en bref

Données et faits

Début de la mission: 2019

Nombre de médecins actuellement: deux médecins allemands

Interventions: 25 interventions par an environ sont prévues.

Partenaire: le partenaire du projet est le Christian Hospital Chandraghona (CHC).

Structure: avec leurs partenaires allemands, les Swiss Doctors soutiennent l’hôpital de Chandraghona en envoyant sur place des chirurgiens, des anesthésistes et des gynécologues - dans un premier temps pour 24 mois environ. Nos médecins traitent les patients et forment six médecins locaux dans les disciplines susmentionnées.

Zone(s) d’intervention: la localité de Chandraghona dans les Chittagong Hill Tracts sur la rivière Karnaphuli. Le CHC est le centre d'intervention médicale le plus important pour les quelque 60 000 personnes appartenant à la communauté Jumma. La région, difficile d'accès, accidentée et couverte d'une dense forêt vierge, est très pauvre, instable politiquement, et les infrastructures médicales y sont insuffisantes.

Priorités: soins médicaux de la population indigène de la région des Hill Tracts et formation des médecins locaux en chirurgie, anesthésie et gynécologie.

La mission à Chandraghona en bref

Médecins en action pour les personnes dans le besoin

Notre aide va à la fois aux médecins locaux et aux patients du Christian Hospital Chandraghona. En formant de façon intensive pendant deux ans environ six médecins locaux à l’anesthésie, la chirurgie et la gynécologie, nous leur transmettons les compétences nécessaires pour s'occuper de leurs patients. L'élargissement de leurs connaissances et compétences doit également permettre d'augmenter le nombre de patients payants de la classe moyenne. Cette situation aura à son tour des répercussions positives sur les revenus de l’hôpital. La communauté pauvre des tribus indigènes devrait tirer profit de cette situation ; en effet, l’hôpital pourra offrir davantage de traitements gratuits si ses rentrées financières sont bonnes.

Le Bangladesch poursuit une stratégie sanitaire à l’échelon national. Celle-ci prévoit notamment que toute la population du pays ait accès à des soins de santé équitables et de qualité. Mais elle précise aussi que les quelque 2,5 millions de membres des minorités ethniques - environ 42 % d’entre eux vivent dans les Chittagong Hill Tracts - restent exclus des soins de santé de base. Le document décrit la difficulté d'accéder à la région et la nécessité du soutien apporté par les organisations d'aide et les institutions privées : « C’est surtout durant la saison des pluies que l’accès à des régions isolées est difficile pour le personnel du gouvernement. L'accès aux institutions publiques comporte des obstacles de taille pour les habitants. » Des mesures alternatives d'amélioration de l’accès aux soins de santé pour les minorités ethniques ainsi que de la participation des organisations non gouvernementales, sont réellement souhaitables. Notre partenariat avec l'hôpital de Chandraghona contribue donc à poursuivre les objectifs nationaux et peut être assuré du soutien de l'État bangladeshi. Ce point est déterminant pour le succès d'un projet dans un pays très peuplé.

Notre travail à Chandraghona est partiellement subventionné par le gouvernement fédéral allemand.

La mission à Chandraghona en bref

Prise en charge médicale pour les plus pauvres

Notre établissement à Chandraghona, le Christian Hospital Chandraghona, a été fondé en 1907 par des baptistes britanniques. Il s'agissait au début d'un petit centre de santé qui s’est développé au fil des années pour devenir l’un des principaux établissements médicaux de toute la région des Hill Tracts. Aujourd'hui, cet hôpital de 100 lits offre des soins en médecine générale, chirurgie, pédiatrie et obstétrique, ainsi que des soins prénataux périphériques. L’hôpital propose ses services gratuitement aux habitants pauvres des Hill Tracts, ou contre une somme modique. Pour compléter son offre clinique, l’hôpital dirige depuis quelque 80 ans une école d'infirmiers, et il gère un «Community Health Program» (CHP) depuis 1971. Ce programme est comparable à notre «Primary Health Care Program» (PHC) aux Philippines et a pour objectif de mettre en place des soins de santé fondés sur la collectivité. Dans le cadre du programme CHP, des travailleurs de la santé locaux offrent des soins de santé gratuits de base dans plus de 200 villages dispersés et isolés. Ils rendent régulièrement visite aux habitants des villages, les informent sur des sujets liés aux soins de santé, sur le programme de vaccination national, les soins pré- et postnataux, l’alimentation saine, le planning familial, le traitement des diarrhées, les infections des voies respiratoires, le paludisme et d'autres maladies courantes.

En outre, une équipe de santé mobile, comparable à notre «Rolling Clinic» sur les îles philippines de Mindoro et Luzon, rend régulièrement visite aux habitants des villages isolés des peuples Jumma, et offre des services de diagnostic aux femmes enceintes, des tests de paludisme et d'autres examens. Les travailleurs de la santé locaux encouragent les Jumma à se rendre aux consultations mobiles et envoient les cas d'urgence directement à l’hôpital. L'unité réservée aux cas de lèpre est une autre unité importante de l’hôpital. L’un des quelques endroits au Bangladesh où on traite encore les patients souffrant de la lèpre. Si la lèpre est considérée comme quasi éradiquée, elle est encore malheureusement répandue parmi la population pauvre des Hill Tracts.